ITW Fred Hermelin : “L’exemplarité n’est pas la meilleure solution … C’est la seule !”

Frédéric est le créateur depuis 2013 de Frenchy Entrepreneur, une galerie en ligne de portraits d’entrepreneurs français, issus du monde de la Tech. Il faut dire qu’il les connait particulièrement bien puisqu’ il les a accompagné, dans leur implantation au UK, pour le compte du gouvernement britannique, dans une autre vie pendant 15 ans durant.

Aujourd’hui, @fredhermelin sur Twitter, via notamment son format BeyondThePitch, à mi chemin entre du coaching storytelling pour CEOs et de la création de contenu de marque, incarne une toute nouvelle offre de levier d’influence corporate et d’accompagnement au sein de la Relation Start-up des grands groupes et de leurs programmes d’open innovation et d’accélération.

Cette interview est réalisée par Florent Hernandez, CEO de Sociallymap.

Florent :

Bonjour Frédéric. Tout d’abord un grand merci d’avoir accepté ma proposition d’interview.

De par ton expérience, tu as côtoyé beaucoup d’entreprises ayant une dimension internationale, et notamment vers la Grande Bretagne.

Quelle différence fais-tu entre les deux pays, au niveau de la maturité digitale des entreprises ?

Fred

Ce qui est certain c’est que l’enjeu est énorme et que de très larges investissements sont nécessaires.

D’ailleurs les gouvernements des deux pays tentent, par des programmes d’accompagnement, de soutenir ce besoin en investissement.

La France a, par exemple, affiché dernièrement une volonté forte en matière d’IA.

Au Royaume-Unis, c’est plus compliqué, le Brexit va coûter cher et le plan annoncé ressemble plutôt à une forme de stagnation des investissements et de la volonté de contenter un peu tout le monde, les régions notamment, après un effort jusqu’à présent très focalisé sur la capitale londonienne.

Il s’agit là précisément d’un marqueur assez évident à relever car il existe une très grande disparité au Royaume-Unis entre Londres et le reste du pays.

La capitale britannique est un concentré de sièges sociaux de grands groupes internationaux, la maturité digitale y est donc naturellement exemplaire, c’est loin d’être le cas à l’intérieur du territoire. La question des infrastructures fait aussi débat à ce niveau…

L’arrivée des technologies et les besoins liés à la 5G va aussi pas mal rebattre les cartes je pense, alors à suivre…

Ce que l’on ne peut contester aux Britanniques, en revanche, c’est cet ADN Sales & Marketing. Napoléon disait à propos des Anglais, c’est un pays de boutiquiers…

C’est bien vrai, la culture du business, d’une façon générale, et du “savoir valoriser son offre“, en particulier, est beaucoup plus instinctive que chez nous.

En France, Il faut que l’on s’évertue à le faire bien davantage, d’autant que nos points d’excellence sont nombreux !

FredHermelin-OG

Dans ce contexte de tsunami technologique auquel on assiste aujourd’hui, seuls les leaders et organisations qui réussiront à incarner la transformation technologique de leur industrie, avec une vision forte et la capacité d’entraîner avec eux toutes les parties prenantes, auront une chance de se retrouver sur la ligne d’arrivée.

C’est précisément en partant de ce constat que j’ai créé le format / expérience / levier #BeyondThePitch et son pendant RH, le #Why Collaborateur, qui sont à retrouver sur Frenchy Entrepreneur et French Web.

Les leviers d’Employee Advocacy et des outils comme Sociallymap sont bien évidemment également au cœur de ces dynamiques de transformation.

Florent : 

Justement, en France, le marché de l’Employee Advocacy est en plein essor. Les responsables communication, com interne ou les départements RH commencent tout juste à s’intéresser à la pratique. Qu’est ce que cela t’inspire ?

Tout savoir sur ce dispositif de Collaborateurs Ambassadeurs

Je télécharge le livre blanc sur l’Employee Advocacy

Fred :

Comme je le disais, cela fait effectivement partie des nouveaux leviers sur lesquels les organisations vont devoir se pencher, mais sérieusement, car on en est, pour le moment, qu’au stade des balbutiements.

En fait cela s’inscrit, selon moi, dans un mouvement de fond très large qui consiste à redonner du sens à l’action et même à faire que cette quête de sens soit l’alpha et l’oméga de chaque organisation sous peine de voir, pour ces dernières, leur capacité à créer de la valeur et à attirer les talents des nouvelles générations de plus en plus remise en question.

TransformationTechnologique

Pour être complètement sincère, il faut bien dire que les efforts déployés à date conduisent plutôt à des postures de façade.

En effet, les entreprises sont encore régies par des préceptes d’un autre temps, où le corporate, le court terme sont roi ; où les axes décisionnels sont tronqués, où la communication est contrainte et stéréotypé. Aujourd’hui plus personne n’est dupe, surtout que la technologie permet l’émergence de plus en plus rapide d’alternatives toujours plus simples, efficaces et durables.

Florent : 

Alors, que penses-tu de cette technique dite du salarié ambassadeur pour travailler la visibilité d’une entreprise, sa marque employeur, ou encore son social selling ?

Fred :

Un message corporate, intelligemment ficelé et martelé, ne passe plus… Le terme de corporate est même devenu synonyme de « Bull shit », en français, on parlerait même de mensonge et de manipulation.

Techniquement parlant, tout l’enjeu consiste à réussir son message, à voir son intention, réappropriés de façon authentique par des parties prenantes extérieures à l’entreprise qui agissent ainsi comme de véritables caution et garantie d’objectivité.

Parole-des-Collaborateurs

Afin de les atteindre, il convient d’actionner des relais et dans cette logique, les collaborateurs constituent la couche intermédiaire la plus naturelle.

Tous les objectifs que tu mentionnes sont concernés : Visibilité, Marque Employeur et Social Selling, certainement aussi mais à manier avec discernement tant le terme est déjà pas mal galvaudé.

Pour se voir couronner de succès, 3 composantes restent à mes yeux indispensables :

1 – Un véritable travail de veille, cela est en général déjà bien présent et plutôt bien fait ;

2 – La production de contenus directement liés au métier/industrie, tend à se généraliser également ;

3 – Des contenus authentiques dé-corrélés du produit ou service proposé par l’entreprise et qui seuls permettent de venir boucler la boucle sans risquer l’auto-promotion, à effet répulsoire. C’est en général sur ce dernier élément que le bas blesse.

4-  Point fondamental et particulièrement difficile à articuler car touchant à la culture même de l’entreprise et à ses systèmes de management en place : le lâché prise, à l’intérieur même des organisations, visant à valoriser les prises d’initiatives spontanées et sincères de la part des collaborateurs.

C’est là que des outils comme Sociallymap peuvent servir à alimenter le jeu.

Florent : 

A titre personnel, tu es énormément sur les réseaux sociaux. Tu y as acquis une certaine notoriété et crédibilité. Quelle a été ta « secret sauce » pour en arriver là aujourd’hui et jouir d’une telle e-réputation ?

Fred : 

D’abord le temps, s’inscrire dans la durée, cela fait plus de 10 ans que je vie au cœur de cette communauté et écosystème. Je l’ai même vu se constituer petit à petit…

Et puis je citerais des valeurs : Ecoute, Humilité et Intégrité avant de s’auto proclamer “je ne sais quoi” ou de chercher à maximiser, à tout prix, son avantage et intérêt…

Enfin, contribuer, faire, produire… Se contenter de curer/sélectionner du contenu, aujourd’hui, c’est se résoudre à jouer en seconde division…

L’important c’est d’incarner ce que l’on fait et pour cela il faut être passionné par son produit parce que vous savez quoi ça se voit, ça se ressent… Quand c’est tronqué, truqué, sur-joué cela ne marche pas.

Il est également important d’allier une présence digitale au réel pour rencontrer les gens et surtout être égal dans les deux univers, sans chercher à plaire mais à créer du vrai…

C’est ce qui, d’après moi, contribuera à équilibrer ce monde toujours plus technologique et dématérialisé. Ceci dans le but de renforcer les liens et donner envie aux gens de faire.

« L’exemplarité n’est pas la meilleure solution… C’est la seule. »

Florent : 

Si tu devais donner 3 conseils a une entreprise pour travailler sa notoriété sur les réseaux sociaux quels seraient-ils ?

Fred :

Tout ce que je viens d’aborder à titre personnel vaut évidemment aussi pour une entreprise. Si non je prêcherais pour ma paroisse en te répondant :

1 – Le contenu, 2 – Le contenu et 3 – Le contenu…évidemment !

Plus sérieusement, votre contenu c’est votre « foot print », votre trace globale, votre ancrage. J’aime à dire que sans contenu toute technologie et innovation ne sont rien.

Contenus-Technologie-Innovation

Tout simplement parce que cela nécessite de réussir à expliquer les enjeux, mettre en perspective par rapport au reste, au contexte et surtout d’embarquer toutes les parties prenantes internes comme externes.

Le contenu doit transmettre, être vrai et authentique.

Une attitude positive, généreuse qui consiste à donner, à contribuer, à être utile à la cause que l’on a choisi de défendre car sur la distance, il y a un véritable effet multiplicateur et accélérateur (Tout comme l’investissement chez Keynes mais appliqué à notre ère digitale).

La question étant : Est ce que vous voulez être ou faire semblant ? Et à chaque fois, c’est le patron qui doit donner le ton et montrer l’exemple.

Et comme je le disais, #BeyondThePitch est là aussi pour ça et vous aider à réussir 😉

– Découvrez dans notre eBook, l’importance d’un contenu vrai et authentique –

Bannière EmployeeAdvocacy-LivreBlanc